The Fault In Our Stars

2/18/2015




Titre: The Fault In Our Stars (VO)
Auteur: John Green

Format: Papier Pages: 313
Date de sortie: 2012

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.





» Pourquoi ce livre: Une amie de mon cousin lui a prêté et il finit entre mes mains. Il a fait un grand buzz et je voulais vraiment lire ce fameux roman. Chronique en anglais

» Mon avis: 
D'où commencer?

Hazel est une fille âgée de 16 atteinte du cancer, sa mère est optimiste et essaie de lui offrir une très belle vie. Elle la fait assister à un cercle de soutien, où les malades se rencontrent dans le sous-sol d'une Eglise, Le Coeur Littéral de Jésus. Elle y rencontre Augustus et Isaac qui deviennent ses amis à part Kaitlyn et ses parents.

Hazel est jolie, intelligente, mais parfois passive et idiote. Attachante je dirais, mais très pessimiste.

Augustus est rêveur, trop même. Il est sympa et ne manque aucune chance de jouir sa vie, de regarder les belles choses et personnes, ou de faire une blague.

Quant à Isaac qui souffre une maladie au niveau de ses yeux, il est un ami très proche de Gus, lui aussi est très marrant, jamais sérieux, même dans les funérailles. Mais on ressent au fond de lui une jolie tendresse et douceur.

J'ai surtout aimé la maman d'Hazel. Elle est combattante, et essaie de dessiner le sourire sur les visages de tous ceux qui l'entourent. Elle est parfois sévère mais en même temps, est devenue la première meilleure amie de sa jeune fille.

Certes, ce roman est sublime, l'histoire est émouvante. Beaucoup d'humour; une jolie romance, un ensemble d'étoiles filantes ou de papillons qui vous frappe direct au cœur, à l'estomac, mais tout de même il y a trop de nuages de tristesse, et enfin une tempête.

Mais je n'étais pas si touchée ou bouleversée que j’espérais. En quelque sorte, j'ai été déçue. Je n'ai pleuré qu'une seule fois SPOILER quand Augustus était dans sa voiture et il vomissait et il avait cette infection dans sa tube G, je savais que là, c'est là que tout va changer et que bientôt l'inévitable arrivera. //, pourtant tout le monde dit qu'on mêle les rires et les larmes en le lisant; pas mois.

Hazel dit que tous les avantages indirects qu'elle a, sa vie, la sympathie et le cancer sont des effets secondaires de le fait d'être en train de mourir, un cadeau-cancer, surtout qu'elle est au stage terminal de son cancer.

Je dirais que le succès de ce livre est aussi un pur cadeau-cancer. Parce qu'on est fort touché par la mort des jolis personnages malades, on leur éprouve de la compassion et indirectement, même s'ils sont fictifs, on les aime, on lit leur livre et on l'adore.

Non que le roman soit mauvais, mais que l'histoire était trop simple. On traite un sujet très sensible, mais à force qu'on veuille trop toucher les lecteurs, on finit par n'éprouver aucun sentiment. L'histoire romancée est trop simple, pas la moindre dispute, et l'amour s'est trop rapidement manifesté. Je comprends qu'il n'ont pas assez de temps, mais quand même, un couple à 16-17 ans, y'a que les disputes.

En plus, il y a de gros passages ennuyants qu'on pouvait effacer sans même toucher rien à l'intrigue. Comme les pages où Hazel parle trop du roman, Price of Dawn OK HAZEL ON PEUT LE LIRE, pas besoin de faire des spoiler ou de résumer un livre DANS UN LIVRE.

Ou quand elle décrit pas à pas le jeu vidéo qu'elle joue avec Gus ou Isaac, ça ne m'intéresse point. On pouvait dire "Nous jouons à Price of Dawn tout l'après-midi, point." au lieu de me décrire le jeu.

Ou encore! le film 300, j'ai bel et bien vu le film, merci de ne pas me le répéter dans deux pages d'un roman que je veux lire.

Ce n'est pas fini. Quand ils vont rencontrer le fameux auteur Peter Van Houten il ne cesse de parler de je ne sais pas quoi, et enfin, Hazel change le sujet. J'ai regretté d'avoir mis mon temps à lire ce que cet auteur ivre racontait.

Enfin, les quelques dernières pages SPOILER après la mort de Gus // ont été fort ennyuantes, et la fin me semblait trop longue. On pouvait avancer la lettre de Gus de quelques pages et on pouvait négliger le reste.

Mais malgré ça, elle reste une jolie lecture.

» Les (+): L'humour, l'amour, le style d'écriture et la manière de raconter la maladie, on dirait que John Green a 17 ans. + Beaucoup de jolies citations!

» Les (-): Les gros passages non-essentiels, la simplicité de l'histoire de l'amour, la fin lente.

» Pour aller plus loin:

Ce livre a été adapté en 2014 au cinéma, et au fait, j'ai vu le film en premier. Il m'a vraiment plu, mais en lisant le livre, j'ai regretté beaucoup de choses qui n'ont pas été ajoutées au film, surtout le côté humoristique de Gus et Hazel.


» Pour vous donner envie:

Ne pensez-vous pas que Shailene Woodley a été une parfaite Hazel?






« Some infinities are bigger than other infinities. »

« You gave me a forever within the numbered days and i can't tell you how thankful i am for our little infinity. »


« Sometimes, you read a book and it fills you with this weird evangelical zeal, and you become convinced that the shattered world will never be put back together unless and until all living humans read the book. »

« The real heroes anyway aren't the people doing things; the real heroes are the people NOTICING things, paying attention. »

« I feel in love the way you fall asleep: slow, and then all at once. »

Et de l'humour:

« Thank you for explaining that my eye cancer isn't going to make me deaf. I feel so fortunate that an intellectual giant like yourself would deign to operate on me. »

« 'It can be sort of blinding,' he said.
'It actually did blind our friend Isaac,' I said.
'Terrible tragedy, that. But can I help my own deadly beauty?'
'You cannot.'
'It is my burden, this beautiful face.'
'Not to mention your body.'
'Seriously, don't even get me started on my hot bod. You don't want to see me naked, Dave. Seeing me naked actually took Hazel Grace's breath away,' he said, nodding toward the oxygen tank.” »

Et enfin une chanson qu'on a utilisé pour le film, qui m'a beaucoup plu!



» Lecture achevée dans le cadre du:

Un livre par un auteur dont tu n'as jamais lu
Un livre mis en place dans un pays étranger

Avec ce livre j'ai atteint mon but de lire (plutôt chroniquer) 2015 pages!

» Remerciements:
Merci à Yassmine qui m'a permis de lire le livre en VO, entre mes mains.
Ce fut un grand plaisir!

» En bref: Une jolie lecture émouvante, mais ne mérite pas tant de succès.

» Ma note: 16/20

Vous pourriez aimer

2 petits mots ♥

  1. J'ai adoré le livre et le film que j'ai trouvé très respecté. L'humour sur la mort est importante car sinon ça serait un film tellement triste, deja qu'il est triste. J'avoue que j'ai pleuré comme une madeleine en pleine seance de cinéma car c'est affreux quand on sait ce qui va se passé. Ansel et Shailene sont parfait pour leur role. La BO est d'enfer surtout Wait de M83 qui est devenu incontestablement une de mes chansons préférés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré le film aussi, mais pas je peux pas dire la même chose sur le livre. C'est émouvant, oui, sinon on n'est pas humain! Et je suis tout à fait d'accord avec toi en ce qui concern Wait, je l'écoute depuis, je me lasse jamais!

      Supprimer

La Webmiss

Ma photo
Nessrine, 20 ans. J'aime lire, dormir, manger et chroniquer. Abonnez-vous!

Instagram @romansentreamis

Collaboration sur Booktube