La Passe-miroir, T1: Les Fiancés de l'Hiver

12/19/2015



Titre: La Passe-miroir, T1: Les Fiancés de l'Hiver
Auteur: Christelle Dabos
CHRONIQUE DU T2

Pages: 519
Date de sortie: 2013

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.




Il s'agit du livre gagnant au concours organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama pour l'écriture jeunesse en 2013.

» Ma chronique: Le livre me tente depuis bien longtemps, mais j'ai pas trouvé le temps ni l'opportunité de le chercher chez les libraires. Un matin, alors que je me baladais dans les nouveaux locaux de la médiathèque (CDG), je suis tombée sur ce bouquin. Alors, j'avoue, son volume et son poids m'ont découragée (non sérieux, mon amie l'appelle ce grand gros et épais ouvrage des tiens). Surtout que le synopsis ne donne pas trop envie de le lire, pourtant, ce livre est original! Bref, j'ai fini par l'emprunter.

D'où commencer? L'auteur de ce livre mêle l'univers futuresque et la fantasy à la belle époque: malgré que l'histoire se déroule dans bien longtemps (dans au moins 500 ans, j'estime), on a tout réinitialisé, pas d’électricité, on utilise encore les lampes à l'huiles, les bougies, mais attention il y a des voitures et des véhicules volants; il n y a plus de planète ronde sur laquelle vit le monde, il paraît que notre monde serait déchiré, brisé en plusieurs morceaux flottants, il reste un peu de terre là-dessous, certes, mais vous comprenez l'idée.

Ophélie, le personnage principal, vit sur Anima. Elle est une jeune liseuse, pas grande, pas jolie, myope, introvertie, très maladroite, un peu comme nous tous (speak for yourself nesrine, les gens diront). Elle peut lire les anciens propriétaires des objets par le toucher. -c'est comme ça, chacun a des talents qu'il hérite de ses ancêtres et de l'esprit immortel de la famille- C'est pourquoi elle met toujours des gants, un peu comme certains de ses ancêtres. Sa particularité cependant, c'est qu'elle peut traverser les miroirs comme des portails, une passe-mirroir. Elle est destinée à épouser, contre son gré, un homme d'une autre arche, le Pôle (une région très glacée, habitée par des familles -clans- manipulatrices, haineuses et violentes).

L'héroïne est un personnage très attachant auquel on peut bien s'identifier par rapport à sa vision des choses et son comportement. Une jeune fille timide mais intelligente et courageuse, elle ne rate pas les petits détails, elle les analyse très bien. Une âme battante et passionnée, libre et ouverte d'esprit!

Le personnage masculin, le futur mari, appelé Thorn, est un personnage assez énigmatique et intrigant avec un historique mystérieux. Un homme qui vient du Nord, aussi bien blond et mince que brut et indélicat, un bourreau de travail. Il a ses manières et ses façons de s'exprimer, de manifester ses sentiments et surtout d'atteindre ses fins. Il est très ambitieux, et à un certain moment, on commence à lui en vouloir, ce trait de personnalité là.

L'univers qui se déploie et s'étend petit à petit, est enchanteur! Alors là, j'ai été fascinée par ce nouveau monde dans lequel je me plonge à travers l'agréable plume de Christelle Dabos. Même s'il m'a fallut une bonne centaine de pages pour rentrer dans cet univers. C'était honnêtement très lent à démarrer, mais c'est pardonnable, tout les premiers tomes des séries Fantasy, ça passe comme ça, pour mettre en place l'univers.

L'écriture devient ensuite fluide et plus rapide, et j'avais aucune envie de fermer le livre même pour dormir (NB: c'était la veille des devoirs..). Un roman qui se lit comme un gâteau, avec l’écriture merveilleusement poétique et élégante. Je ne me suis pas hâtée pour l'achever, parce que je voulais l'absorber dans son entité, je voulais lire et relire les passages riches en description, c'était de la pâtisserie pour le cerveau! Alors j'ai pris tout mon temps pour le lire (j'ai prolongé mon emprunt, pour la cause pourtant je l'ai terminé en cinq jours) pour pouvoir assimiler tous les détails, exactement comme on mange du chocolat, lentement, doucement (rappelez-vous les publicités du Galaxy chocolat) pour savourer cet ouvrage exceptionnel et ahurissant.


Ne vous attendez pas à grand-chose si vous décider d'entamer la lecture de ce tome: ce premier tome, bien que très réussi, avec bien trop d'emmêlements, n'est qu'une mise en place de l'univers, une introduction à une saga prometteuse! Mais vraiment, il m'est arrivé de me lasser vers le milieu car rien de perturbant n'arrive, mais j'ai quand même achevé la lecture parce que je savais très bien que tout ça emmènera quelque part.

L'histoire romancée n'a pas de poids dans l'histoire, enfin pas encore, peut-être des les tomes à suivre, peut-être, mais ça ne m'empêche pas d'avouer que c'est du neuf pour l'écriture jeunesse. Puisque, sur le Pôle, la haine et la jalousie dominent la cour, il est rare de trouver de l'amour sincère dans les relations de ces nobles aristocrates. En y ajoutant le fait qu'Ophélie ne veut pas épouser Thorn; il ne reste qu'une place étroite pour les sentiments. Mais il est tout de même indéniable que c'est dans l'air.

À 150 pages environ vers la fin, les tournures des événements commencent à s'accumuler; trop de problèmes arrivent en même temps, trop de complots sont révélés (dont je me doutais bien de certains), ce qui laisse une vue intéressante pour le tome suivant.

Une autre chose que j'ai aimée, c'est comment on réfère et on parle de notre époque à nous; nos traditions (mariages/funérailles dans les bâtiments religieux), nos croyances (on appelle les Dieux grecs les Dieux oubliés, petite anecdote: l'esprit de la famille d'Ophélie s'appelle Artémis; coïncidence? je ne pense pas), notre Terre décrite ainsi "un monde rond comme une orange", il y'a une arche ou une place quelconque qu'on appelle Arc-en-Terre parce que, eux, ils vivent dans le ciel vous comprenez? ça m'a fait rire pour deux bonnes minutes.

La fin, malheureusement, ne m'a pas satisfaite: elle ne clôt pas ce premier tome, ni nous laisse-t-elle impatients pour le deuxième. Bref, j'aurais préféré un cliffhanger.

» Pour vous faire envie:

« Oublier les morts, c’était comme les tuer une seconde fois. »

« On se souriait beaucoup, mais les regards étaient équivoques, les phrases ambiguës,
le fond de l'air envenimé. Personne ne faisait confiance à personne
et si tous ces gens s'étourdissaient de fêtes, c'était pour oublier à quel point
ils avaient peur les uns des autres. »

« Tant qu'Ophélie aurait des scrupules, tant qu'elle agirait en accord avec sa conscience,
tant qu'elle serait capable de faire face à son reflet chaque matin,
elle n'appartiendrait à personne d'autre qu'elle-même. »

trouvés sur Tumblr, ce sont pas les miens



» Bref: Ouvrage qui mérite bien être le gagnant d'un tel concours!
Un monde charmant, des personnages captivants, une lecture délicieuse et sophistiquée, j'ai hâte de découvrir la suite. Très belle découverte!
» Ma note: Énorme coup de cœur: 19.5/20



» Ce qu'en disent les autres:
 

Vous pourriez aimer

8 petits mots ♥

  1. Une fan de plus pour cette superbe saga, ouaiiis ♥ Tu verras, la suite est encore meilleure. J'attends déjà le troisième tome avec impatience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ouiii! Tu me donnes encore envie!!!

      Puisqu'on est pas l'Europe ni l'Amerique ici, jvais devoir attendre plus longtemps pour qu'ils fassent venir le deuxieme tome à la biblio..

      Supprimer
  2. Ce qui est sûr, c'est que ça donne vraiment envie ! ;)

    RépondreSupprimer

La Webmiss

Ma photo
Nessrine, 19 ans. J'aime lire, dormir, manger et chroniquer. Abonnez-vous!

Instagram

Collaboration sur Booktube